Présentation des travaux de Raluca Mocan

Le mardi 10 décembre, de 15h à 18h, salle 413 au 4ème étage, Raluca Mocan viendra nous présenter ses recherches sur la phénoménologie de l’expérience théâtrale.

raluca-mocanRaluca Mocan enseigne actuellement la philosophie à l’Université Paris-Est Créteil. Sa thèse de doctorat s’intitule « Phantasia et conscience d’image chez Husserl. La théorie phénoménologique de l’imagination à l’épreuve de l’expérience théâtrale » (2011) et a reçu le prix de thèse du Conseil Général du Val-de-Marne 2012/2013. Coorganisatrice des journées d’études La perception, entre cognition et esthétique (2011) et du colloque Penser le mouvement (2012) à l’UPEC, elle coordonne aux Archives Husserl un séminaire sur la question de la forme et de la structure dans la phénoménologie.

Ses publications incluent plusieurs articles concernant la phénoménologie de l’expérience théâtrale.

Résumé : Nous n’éprouvons pas le corps pour lui-même avant qu’une conscience spécifique ne nous y rende attentifs. Néanmoins, les pratiques extra-quotidiennes telles que les entraînements sportifs ou artistiques éveillent strate par strate l’expérience du corps. L’objectif de l’article est d’indiquer le type de conscience corporelle que les performeurs exercent au moment du jeu et pendant l’apprentissage. Nous analysons d’abord l’explicitation à la première personne de l’expérience vécue sur scène par un performeur : aiguisée, la conscience kinesthésique lui permet d’être pleinement réactif à l’environnement de sa pratique. Nous nous intéressons ensuite à la formation des possibilités d’action via l’entraînement, rendues transparentes à une conscience attentionnelle exercée. Dans une perspective phénoménologique, l’expérience corporelle d’apprentissage s’avère être une création d’habitudes ouvertes au perfectionnement.

Mots clés : conscience corporelle, expérience, apprentissage, habitudes, phénoménologie.

Résumé : Pour Husserl, l’objet de la perception est donné comme existant réellement. Néanmoins, les leurres, les apparitions d’images et l’apparence esthétique s’éloignent de la norme de la donation perceptive et mettent à défi la prétention à la vérité de la perception. Toute irréalité se donne sur un fond conflictuel par rapport à la conscience perceptive. Bien qu’apparaissant sur un fond perceptif positionnel, les fictions perceptives peuvent s’enchaîner et former des unités synthétiques d’expérience. L’examen des modalités de donation de l’irréalité nous a permis d’éclairer les critères de l’évidence perceptive par rapport à la conscience perceptive.

Mots clés : perception, objet, conflit perceptif, conscience d’illusion, conscience esthétique.

Résumé : Le jeu théâtral met au défi la théorie husserlienne de l’imagination dans son rapport à l’expérience perceptive. Ce qui se passe devant les spectateurs, sur scène, fait apparaître simultanément la réalité effective et le déroulement d’une action fictive. Notre étude aborde le problème posé à la phénoménologie husserlienne par l’élargissement de l’expérience au monde des fictions. A travers l’examen de textes choisis du volume XXIII des Husserliana nous mettons l’eidétique de l’imagination à l’épreuve de l’expérience théâtrale du spectateur, en introduisant également à la problématique propre au jeu de l’acteur.

Mots clés : Husserl, imagination, expérience, théâtre, phénoménologie.


Articles qui pourraient vous intéresser :


This entry was posted in Philosophies du théâtre (2013-2014) and tagged , , , by Flore Garcin-Marrou.

Pour citer cet article : Flore Garcin-Marrou, "Présentation des travaux de Raluca Mocan", Labo LAPS 2013. URL : http://labo-laps.com/presentation-travaux-raluca-mocan/

A propos Flore Garcin-Marrou

Flore Garcin-Marrou est docteur en littérature française (Université Paris 4 – Sorbonne). Elle a enseigné les Études théâtrales à la Faculté libre des Sciences humaines de Lille et à l’Université Toulouse Le Mirail. Sa thèse s’intitule « Gilles Deleuze, Félix Guattari : entre théâtre et philosophie ». Elle est l’auteur d’articles sur le théâtre au carrefour des sciences humaines. Elle est également metteur en scène de sa compagnie « La Spirale ascensionnelle » et poursuit un travail d’expérimentation théâtrale au sein du Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène (LAPS).